art contemporain - Galerie Nathalie Béreau
Accueil du site > Français > Archives Expositions > Expositions 2016 > Chai Pierre & Bertrand Couly > Décembre 2015-Février 2016/Prolongé : exposition de gravures

Décembre 2015-Février 2016/Prolongé : exposition de gravures


Exposition
13 décembre 2015 - 14 février 2016/ PROLONGE
Gravure, n.f.
aquagravure, eau-forte, lino, pointe sèche, bois, ...

Muriel Moreau
Didier Hamey
Michaël Cailloux
Atsuko Ishii
Christine Patry-Morel Tony Soulié


Lieu : Chai Pierre & Bertrand Couly
1, Rond-Point des Closeaux, Route de Tours - 37500 Chinon
Tél : 02 47 93 64 19
Entrée libre tous les jours : 10h-12h30 / 14h-18h30
www.pb-couly.com / contact@pb-couly.com

Commissaire de l’exposition : Galerie Nathalie Béreau, Chinon
Présente sur RdV / Tél pro : 06 79 71 26 44


Pour clore la programmation d’expositions au Chai Pierre & Bertrand Couly pour l’année 2015, la Galerie Nathalie Béreau propose une nouvelle sélection de gravures d’artistes. L’occasion de découvrir de nouvelles œuvres spécialement créées ou choisies pour l’exposition.
Malgré les technologies nouvelles développées aussi dans le domaine de la création, la gravure demeure un moyen privilégié d’expression pour les artistes : pour preuve les différentes manifestations existantes et les expositions régulièrement organisées dans les musées.
C’est aussi le moyen de commencer une collection à des prix abordables..

Michaël Cailloux
Artiste graveur, ancien designer (au sein de LZC), Michaël Cailloux a abordé la gravure en 2009. Depuis, à travers l’eau-forte, il destructure la notion classique de la gravure, imprimant ses gravures sur différents supports, comme le cuir ou sur des papiers de couleurs, utilisant le gaufrage, déclinant ses motifs également sur des carrés de soie, modèles uniques ou en laies de papiers peints. L’ensemble reste cependant très cohérent par son choix des sujets : inspirés de la peinture du XVIIe siècle (détournement du motif de la mouche devenu sa signature) et de l’art nouveau principalement, l’artiste crée des planches composées de fleurs, animaux et insectes, parties du corps créant des compositions "hybrides".
Pour l’exposition, la galerie a sélectionné un ensemble de pièces tels que foulards, carnets reliés, gravures et bijoux muraux (la matrice des gravures retravaillée tel un bijou)

Michaël Cailloux, "Dame nature", 2015, eau-forte imprimée couleur et gaufrage sur papier couleur irisé, tirage unique

Michaël Cailloux, "Récompense", 2015, plaque de cuivre à l'eau-forte, vernis, matrice des gravures, présentée en bijou mural dans une boîte, pièce unique Michaël Cailloux, "Récompense", 2015, plaque de cuivre à l’eau-forte, vernis, matrice des gravures, présentée en bijou mural dans une boîte, pièce unique

Didier Hamey
Artiste graveur travaillant essentiellement à la pointe sèche imprimée en noir et parfois rehaussée à la main en couleur, Didier Hamey explore un univers fantasmagorique faits de personnages anthropomorphes à la fois poétiques et exubérants.
Lors de sa résidence à la Caza Vélasquez à Madrid en 2014-2015, il a développé un ensemble de gravures intitulées Les bonhommes. Dans cette nouvelle série, l’artiste développe l’aspect hybride de ses personnages, ou bien joue sur l’aspect presque totémique des figures. Chacun porte un nom, décalé, drôle, choisi par l’artiste : Ziripot, Nour, Irritsua, etc. et pour certains faisant référence à des personnages de carnaval (celui de Lantz en particulier) ou à la langue basque.
L’arrière-plan des compositions est dorénavant gravé et dans certaines, l’artiste crée un paysage alors que dans ses séries précédentes, les personnages semblaient flotter dans l’espace, sans repère de sol.
Là, un paysage inspiré de ce que l’on peut voir dans les gravures classiques du XVII ou XVIIIème siècle se met en place, compositions constituées de traits très fins, fouillés et qui encadrent chaque personnage.
La plupart est présenté frontalement, dans cette nature un peu sauvage, dans une position assez hiératique qui contraste avec l’aspect plus incongru et parfois drolatique de leur physionomie.

Didier Hamey, "Irritsua", 2015, gravures à la pointe sèche imprimée noir, E.A. Didier Hamey, "Irritsua", 2015, gravures à la pointe sèche imprimée noir, E.A.

Didier Hamey, "Ziripot", 2015, gravures à la pointe sèche imprimée noir, E.A.

Atsuko Ishii

Au premier regard ses gravures semblent pleines de naïveté, mais elle est feinte car ses compositions se montrent souvent teintées d’espièglerie.
Atsuko Ishii nous emmène dans son univers frais, onirique, plein d’humour, créant des situations improbables, tels des rébus magiques, surréalistes dans lesquels les références à l’enfance sont présentes.
Ainsi il n’ y a pas de sol marqué, on voit apparaître Kermit la grenouille, un volcan en fumée, un ours en peluche la tête à l’envers, les filles ne portant qu’une chaussure, les garçons deux souliers différents, les filles jouent du revolver comme dans les westerns ! ou sont ballerines : ce ne sont là que quelques-uns des exemples d’une narration débridée, accentuée par des phrases le plus souvent en anglais ou en français, où les éléments se télescopent et qui nous amènent alors à un nouveau niveau de lecture.
Au fil des années, le dessin se fait plus ample, le vocabulaire s’enrichit, la couleur également. Certaines compositions font penser à des all-over où les personnages et animaux semblent émerger d’un tapis de fleurs multicolores.

Atsuko Ishii, "Life on Mars", 2015, eau-forte imprimée couleur, 17 exemplaires Atsuko Ishii, "Life on Mars", 2015, eau-forte imprimée couleur, 17 exemplaires

Muriel Moreau
Les nouvelles œuvres de Muriel Moreau, gravures à l’eau forte et sculptures s’inscrivent dans une démarche entamée autour de la représentation d’un paysage imaginaire, poétique, inspiré d’une rêverie cartographique.
Elle ouvre à notre esprit la possibilité d’un chemin à parcourir. Sentier, Echappée d’âme, Nuiit (contraction de nuit et d’inuit) sont autant des titres qui évoquent de nouveaux espaces sauvages, mystérieux, où la Nature domine. L’artiste nous donne à voir de possibles lieux de vie primitive, secrète où les êtres se dévoilent à nous peu à peu.
Ces paysages sont, vus de loin, comme des fragments inachevés, sortis de la brume formant des sortes d’îlots intrigants qui nous inspirentdes territoires oubliés. En se rapprochant, de petites croix, des arbres, des collines, des hommes ou animaux surgissent : tous semblent appartenir à des signes reconnaissables et participent à un ensemble. Travaillant aussi sur de grands formats, sans cuvette apparente, l’artiste se détache de la gravure conventionnelle et semble s’immerger dans la matière. En créant cette plongée totale et hypnotique dans ces paysages minutieux, fins, fouillés et graciles, elle semble jouer avec des focales nous obligeant à arrêter notre regard, à scruter un monde idyllique où l’homme et la nature ne feraient qu’un.

Muriel Moreau, Inuiit (grise), 2014, eau forte, imprimée sur papier Mingheishi et marouflée sur papier Hahnenmühle, 48 x 68 cm, 24 ex.

Christine Patry-Morel
Tout en poursuivant son activité artistique (photo et peinture), Christine Patry-Morel travaille pour des décors de théâtre.
En 1990, elle redécouvre la gravure (différentes techniques comme l’eau-forte et l’aquatinte) qu’elle avait peu utilisée aux Beaux-Arts et cette fois elle l’adopte comme moyen d’expression privilégié.
En 2012, sort "Simples, mercis", livre avec l’ethnobotaniste Pierre Lieutaghi (éditions Thierry Magnier), l’ex-voto végétal s’inscrivant dans une réflexion du rapport de l’homme à la nature.
Les œuvres sélectionnées pour l’exposition datent des années 2004-2005 et ont été réalisées dans la technique de la linogravure. Réalisées lors de séjours dans un jardin normand créé par un couple, le Jardin Plume, elles témoignent d’un grand sens de l’observation de la part de l’artiste des différents espaces de ce jardin mais aussi de détails qui donnent parfaitement l’atmosphère d’un lieu atypique. Imprimée en noir, le trait est un peu épais, certaines zones de la plaque n’ayant pas été encrées, l’artiste a joué sur des contrastes de zones noires et de gaufrage qui laissent apparaitre le blanc du papier.

Christine Patry-Morel, Linogravure, 2004, Imprimée noir sur papier, n° et signée au crayon à la main par l'artiste dans la marge, Graminée n°3 / 40 Christine Patry-Morel, Linogravure, 2004, Imprimée noir sur papier, n° et signée au crayon à la main par l’artiste dans la marge, Graminées n°3 / 40

Christine Patry-Morel, Linogravure, 2004, Imprimée noir sur papier, n° et signée au crayon à la main par l'artiste dans la marge, Grande Prairie n°16 / 50 Christine Patry-Morel, Linogravure, 2004, Imprimée noir sur papier, n° et signée au crayon à la main par l’artiste dans la marge, Grande Prairie n°16 / 50

Tony Soulié
Artiste reconnu, présent dans de nombreuses collections privées et publiques à travers le monde avec ses peintures-photographies, Tony Soulié continue sa pratique de la gravure. L’exposition présente deux séries nouvelles dont l’une Circus est réalisée dans une technique inventée dans les années 80 par l’artiste Bernard Pras, l’aquagravure. "Cette technique se caractérise par la création simultanée du papier et de la gravure. L’artiste grave et sculpte son motif en bas relief dans une plaque de cire, ou autre, bois, métal, linoleum ... Un moule souple est créé à partir de cette base.
La pâte à papier est préparée et posée sur un support sur la presse.
Le moule est coloré directement et se pose sur la pâte à papier, le tout est mis sous presse. Le pressage se fait graduellement jusqu’à atteindre plusieurs tonnes. Suit alors une très longue étape de séchage et chaque pièce est retouchée à la main pour affiner les détails." référence wikipédia Trois compositions différentes sont présentées, abstraites, hautes en couleur, elles évoquent le cosmos, les planètes et l’humain y apparait en filigrane.
Une seconde série de lithographies est composées sur le principe du montage photographique des différentes villes ou paysages que l’artiste arpente. Imprimée par la technique de la lithographie les tirages sont ensuite rehaussés au pochoir.

Tony Soulié, gravure sur bois Tony Soulié, Cita, Gravure sur bois imprimée couleur n°19/29, 92 x 64 cm

Tony Soulié, lithographie et pochoir, 2015 Lithographie rehaussée au pochoir, 32x48 cm, n° et signé

Pour toute demande de gravures /Prix / Envoi >Contact



 
Accueil du site | Contact | Plan du site | Colophon | ©Nathalie Béreau | facebook Facebook |   English | Suivre la vie du site RSS 2.0